INSÉCURITÉ

Arrestation d’un militant à Saint Marc: le bureau du secrétariat du parquet saccagé

Le bureau du secrétariat du parquet de Saint Marc a été saccagé, la porte principale du bureau du commissaire du gouvernement ai près du Tribunal de Première Instance de Saint Marc a été retrouvé par terre, à la suite de l’arrestation du militant politique Stevenson Destinoble.

Ce dernier revenait de la manifestation anti gouvernementale, hier mardi 4 octobre 2022. Il se dirigeait au palais de justice et lancait des propos hostiles à l’endroit du Commissaire du Gouvernement, maître Moïse Derestin.

Arrestation d'un militant à Saint Marc: le bureau du secrétariat du parquet saccagé

 

Un groupe d’avocats qui protestent depuis plus d’un mois contre le retour de maître Moïse Derestin comme commissaire du gouvernement, s’opposaient à cette arrestation qu’ils qualifient d’illégale et arbitraire. « Avec comme chef de file le bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats de Saint Marc, Carl Henry Volmeus, certains d’entre eux, en fureur ont saccagé la porte de mon bureau, bastonné le policier affecté au service de sécurité « , a expliqué le CG ai près du Tribunal de Première Instance de Saint Marc, Moïse Derestin.

Lors d’une conférence tenue au commissariat de Saint Marc, le chef du parquet a assimilé cet acte à une tentative d’assassinat sur sa personne, soulignant qu’il a été escorté d’urgence par un groupe de policiers. Après le constat légal du juge de paix Michel Phanel’s Phillius, le commissaire du gouvernement a indiqué que des suites légales seront réalisées sous peu.

Contacté au téléphone, le Bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats de Saint Marc, Carl Henry Volmeus a rejeté d’un revers de main les allégations du chef du parquet selon lesquelles, des avocats ont vendalisé son bureau et tabassé l’agent de la PNH affecté à son service de sécurité.

Il a fait savoir que les avocats qui étaient présents s’étaient montrés farouche face à l’arrestation illégale et arbitraire du militant politique Stevenson Destinoble qu’ils assimilent à un abus de pouvoir.

Certains d’entre eux dans le cadre des protestations, ont frappé à maintes reprises la porte du bureau du CG qui, par la suite est tombée par terre, a t il relaté.

Le bâtonnier se dit déterminé à poursuivre la lutte déclenchée depuis plusieurs mois contre le chef de la poursuite pénale qui, selon lui est impliqué dans des actes de corruption.

Il entend contraindre le ministre de la justice et de la sécurité publique, Bertho Dorcé à le remplacer pour faciliter la reprise des activités judiciaires. Une accusation qualifiée de mensongère, par maître Moïse Derestin.

 

Nixon Deneus

Suivez-nous sur

Facebook