ACTUALITES

Invité à fournir des explications pour son implication présumée dans l’assasinat de Jovenel Moïse, le PM Ariel Henry enfile son costume de rassembleur

Après la confirmation de la Digicel concernant les appels téléphoniques entre le premier ministre Ariel Henry et Joseph Félix Badio, avant et après l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse, le chef du gouvernement intérimaire est de plus en plus dans la tourmente. Cette confirmation n’est pas sans conséquence sur son poste de premier ministre, d’ailleurs plusieurs secteurs réclament sa démission et estiment nécessaire que le locataire de la primature réponde aux questions de la justice.

 

Empêtré dans cette affaire , aujourd’hui le chef du gouvernement se veut être un rassembleur. Alors que bien avant il s’est montré très confortable dans son fauteuil de chef d’ un exécutif monocéphale.

 

A la surprise générale Ariel Henry a adressé une correspondance à la Commission pour la Rechercher d’une Solution à la Crise Haïtienne lui sollicitant une rencontre hier dimanche 12 septembre, dans l’objectif de trouver les voies et moyens pour parvenir à une entente autour de l’accord politique, pour une gouvernance apaisée de la période intérimaire, précise cette correspondance .

 

Cette démarche laisse présager la volonté du successeur de Claude Joseph de négocier avec la CRSHC qui, pour sa part, n’entend pas transiger sur la mise en place d’un exécutif bicéphale .

 

Certains observateurs, sous couvert de l’anonymat, évoquent plusieurs raisons pouvant provoquer un tel changement. L’ implication présumée du PM Ariel Henry dans le dossier de l’assassinat de l’ex président Jovenel Moïse et l’ absence de certains partis politiques clés lors de la signature de sa proposition de sortie de crise samedi dernier sont entre autres raisons possibles de ce revirement du PM Henry .

 

En dépit d’une réponse favorable accordée par la CRSHC à la demande du premier ministre, des doutes planent sur l’aboutissement d’une solution inclusive à la crise, puisque des acteurs clés de l’échiquier politique dont le secrétaire général du parti politique Pitit Dessalines, certains ministres du gouvernement d’Ariel Henry, nommés par l’ ancien président Jovenel Moïse et des signataires de la résolution du sénat de la République, se distancient de ces accords.

 

Le premier ministre Ariel Henry est face à une situation très complexe .Il doit coûte que coûte trouver une solution médiane, car plus les jours passent plus son poste est menacé et certains acteurs tendent à se radicaliser .

Suivez-nous sur

Facebook