Education

Scandale à l’institution Bellerice Castera :le MENFP annonce des mesures conservatoires contre le directeur de cet établissement scolaire

Le directeur de l’institution Bellerice Castera, Jean Carl Albert Bellerice dans un enregistrement audio circulant sur les réseaux sociaux, a proféré des injures à l’encontre d’une écolière de 15 ans . Choquée par le comportement du directeur, la mère de la fille s’était rendue sur les lieux, elle aussi n’a pas été épargnée de la fureur de monsieur Castera.

Saisi du dossier, le minitre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, Nesmy Manigat informe sur son compte Twitter que Jean Carl Albert Bellerice a été écarté en tant que directeur de l’institution Bellerice Castera en attendant l’enquête et les décisions administratives et légales. Entre-temps une commission provisoire a été créée pour gérer l’école.

Scandale à l'institution Bellerice Castera :le MENFP annonce des mesures conservatoires contre le directeur de cet établissement scolaire

« Le directeur de l’institution Bellerice Castera n’est pas à son coup d’essai en ce qui a trait à la pratique de violence verbale contre les élèves de l’établissement qu’il dirige, selon plusieurs plaintes portées contre lui. Ce qui n’est pas conforme à la morale « , souligne une note portant la signature du ministre Nesmy Manigat. Le titulaire du MENFP fait remarquer que la punition infligée aux enfants et le non respect de leurs droits sont contraires à la déclaration des droits de l’enfant datée du 20 novembre 1959.

Le ministre Manigat exige que des dispositions administratives et légales soient prises au niveau des établissements scolaires en vue de garantir le droit à l’apprentissage des enfants dans le respect et la dignité.

La loi du 11 septembre 1974 et le décret du 2 septembre 2014 prévoient la suspension du permis d’enseigner et le droit de fonctionnement des écoles. l’Etat a aussi l’obligation de poursuivre l’auteur d’un tel acte d’après les principes du code pénal et la loi du premier octobre 2001, interdisant la punition corporelle contre les enfants, conclu la correspondance du Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle

Suivez-nous sur

Facebook