ACTUALITES

Rareté de carburant :L’AHDDH appelle les autorités à prendre des dispositions en vue d’éviter une catastrophe humanitaire

L’ Action Humanitaire de  Défense des Droits Humains (AHDDH) se prononce sur la rareté de carburant qui persiste dans le pays et a profité pour dresser un état des lieux du secteur pétrolier haïtien à travers les données recueillies auprès du Bureau de Monétisation du Programme d’Aide au Développement (BMPAD).

Dans un rapport publié le mercredi 24 novembre 2021, le Président Exécutif de l’ Action Humanitaire pour la Défense des Droits Humains (AHDDH), Jamps Méralus dénonce la persistance du pénurie de carburant dans le pays. Cette rareté précise t-il a déjà provoqué des pertes énormes dans l’économie du pays, déjà fragilisée par les tensions politiques ayant dominé l’actualité au cours des 5 dernières années.

Rareté de carburant :L'AHDDH appelle les autorités à prendre des dispositions en vue d'éviter une catastrophe humanitaire

Cette pénurie est susceptible de déboucher sur une catastrophe humanitaire sans précédent si les livraisons de carburant ne parviennent pas régulièrement aux hôpitaux et centres médicaux particulièrement touchés.

Rareté de carburant :L'AHDDH appelle les autorités à prendre des dispositions en vue d'éviter une catastrophe humanitaire

Les responsables de l’AHDDH ont dressé un état des lieux du secteur pétrolier en Haïti à partir des données du Bureau de Monétisation du Programme d’Aide au Développement (BMPAD) dont le rôle et la mission consistent à placer les commandes pour le compte des 5 principales compagnies pétrolières.

Il s’agit du CAPINVEST pour les pompes CAPITAL, DINASA pour NATIONAL, KIMAZOU pour les pompes GO, BANDARI pour les pompes TOTAL et DNC pour les pompes DNC, a écrit le Président Exécutif de l’AHDDH précisant que les pompes SOL et TOTAL deviennent BANDARI.

Par ce constat, l’AHDDH informe que pour la réception et le stockage des produits pétroliers le pays dispose de trois sites qui sont les terminaux : Varreux , Thorland et Tristar à Martissant. Les capacités de chaque terminal sont reparties comme suit :

Thorland : DIESEL 110, 743 BARILS; GASOLINE 39, 200 BARILS et JET 46,250 barils. Le terminal Tristar a la capacité de stocker uniquement le diesel, soit 107, 000 barils alors que pour Varreux c’est : 211,000 barils de gasoline ; 387,000 baril de Diesel et 41,700 barils de kérosène.

L’ organisation rappelle que selon le BMPAD la consommation mensuelle est de 1,000,000 de barils dont 550,000 barils de diesel, 350,000 barils de gasoline et 100,000 barils de JET ou KÉROSÈNE. Quant à la consommation quotidienne , il s’agit de 9,500 barils de gasoline , 12,000 barils de diesel et 2,500 barils de jet ou kérosène, entre autres.

Selon le BPMAD, le pays dispose d’assez de carburant disponible pour alimenter le marché. Cependant, des officiels du gouvernement dont le ministre de la Défense a fait état la semaine dernière, du détournement des camions-citernes destinés à être livrés dans le grand sud, sévèrement touché par le séisme du 14 août dernier. Au moins 30 camions citernes transportant du carburant ont été détournés à la capitale haïtienne. Ces produits pétroliers ont été vendus au marché noir, d’après les déclarations du ministre de la défense, Énold Joseph.

Préoccupé par cette situation, l’Action Humanitaire pour la Défense des Droits Humains (AHDDH) appelle les autorités judiciaires et policières à sévir avec la dernière rigueur contre tous ceux qui participent à cette activité criminelle, susceptible d’entraver la jouissance des droits fondamentaux des citoyens haïtiens.

Elle en profite également pour inviter l’État et les organisations de la société civile dont les syndicats des chauffeurs à s’asseoir autour d’une table pour redéfinir les modalités de la subvention des produits pétroliers, constituant un important déficit budgétaire en ce qui attrait au système financier du pays, selon le rapport.

Suivez-nous sur

Facebook