ACTUALITES

Les conséquences silencieuses de l’augmentation des prix des produits pétroliers

La révision à la hausse des prix des produits pétroliers entraîne d’énormes conséquences, les frais de transport ont augmenté voir doublé dans certains cas.

Communément appelé produit transversal, le carburant dont le prix a été augmenté, occasionne également l’augmentation des prix des produits de première nécessité. Aujourd’hui le petit sac de riz de 4 marmites se vend à 1350 gourdes, la marmite d’haricot jaune 750 gourdes, 550 gourdes l’haricot noir et le gallon d’huile se vend à 1000 gourdes.

Les conséquences silencieuses de l'augmentation des prix des produits pétroliers

La montée spectaculaire des prix de ces produits est survenue au moment où la population fait face à une situation économique très délicate. Environ 5 départements sont bloqués, les produits alimentaires en provenance de ces départements ne peuvent être transportés vers la capitale en raison de l’insécurité qui sévit à Martissant .

Cette décision gouvernementale n’est également pas sans conséquence sur les prix des matériaux de construction. Il faut aujourd’hui mille gourdes pour acheter un sac de ciment, des barres de fer destinées à la construction ont connu aussi une augmentation significative.

Le secteur médical est lui aussi touché en raison de l’augmentation des prix des produits pétroliers. Les prix des consultations ainsi que les frais des autres services comme radiographie, analyse, examen, sonographie entres ont augmenté dans certains hôpitaux privés.

Par cette mesure beaucoup plus de personnes sont plongées dans le chômage. Une étude réalisée par la banque mondiale révèle qu’Haïti reste le pays le plus pauvre de l’Amérique Latine et la Caraibes et l’un des pays les plus pauvres du monde. En 2020, le PIB par habitant en Haïti était évalué à 2 925 USD, le plus bas de la région Amérique Latine et Caraïbes et moins d’un cinquième de la moyenne des pays de la région qui est de 15 092 USD. Selon l’indice de développement humain de l’ONU, Haïti est classé 170 sur 189 pays en 2020.

La pandémie de COVID-19 a exacerbé une économie déjà faible, en proie à des troubles sociaux et une instabilité politique. Même avant la pandémie, l’économie se contractait et faisait face à d’importants déséquilibres budgétaires. Après une contraction de 1,7% en 2019, en 2020 le PIB d’Haïti s’est contracté à environ 3,8% selon l’enquête de la banque mondiale.

Suivez-nous sur

Facebook