INSÉCURITÉ

Haïti/Tragédie:Maître Jean Simson Desanclos, séparé de sa famille en une matinée de terreur

A l’aube du samedi 20 août, maître Jean Simson Desanclos n’avait jamais halluciné une telle tragédie: l’assassinat de ses deux filles et sa femme. Si cette nouvelle plonge dans un désarroi indescriptible des gens qui n’ont même pas côtoyé cette famille, cela laisse entrevoir ce que traverse l’homme de loi en ce moment. Celui-ci doit malheureusement accepter la disparition cruelle de sa famille pour le restant de ses jours. Maître Desanclos avait probablement demandé à sa famille de prendre des précautions avant de sortir, mais n’a pas pu prévenir le malheur. De leur côté, sa femme et ses deux filles ont peut être prévu de lui préparer à manger au retour, mais hélas !

 

Jean Simson Desanclos doit recommencer à zéro après avoir investi son temps, son argent, son attention et ses affections dans ses deux enfants ainsi que sa femme. Peine perdue !

Ce qui s’est passé à Tabarre ce samedi est un crime de trop, qui n’est pas différent de l’assassinat de l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, maître Monferrier Dorval, de l’étudiante en médecine Osny Zidor et tant d’autres assassinés de la République. Malheureusement la liste ne fait que s’allonger quotidiennement au vu et au su des autorités chargées de bien administrer la cité.

Le pays n’est ni dirigé, ni gouverné pour reprendre les propos du feu professeur de l’université, maître Monferier Dorval avant son assassinat. En dépit des crimes à répétition, les uns plus choquants que les autres, les autorités peinent à prendre les dispositions qui s’imposent en vue de mettre les bandits hors d’état de nuire .

En Haïti, chacun attend son tour. Aujourd’hui c’est le tour de Sarah et Sherwood Sonjie Desanclos, ainsi que leur mère Josette Fils. Personne ne sait ce qui va se passer demain.Nous vivons dans une peur constante. Selon les dires d’un psychologue, en Haïti 8 personnes sur 10 sont traumatisées en raison de l’insécurité et le kidnapping.

De paisibles citoyens sont assassinés, des femmes et fillettes violées, comme si de rien n’était. Le pays est plongé dans une violence aveugle, les civils armés ont droit de vie et de morts sur chaque citoyen.

Suivez-nous sur

Facebook