INSÉCURITÉ

Haïti-Insécurité: Viol, kidnapping marchandises détournées, le quotidien des « Madan Sara » en Haïti

Les petites commerçantes transportant des marchandises pour vendre ou revendre d’un département à un autre, communément appelées  » Madan Sara »,

est la catégorie sociale la plus victime de l’insécurité, selon la présidente du Rassemblement des Madan Sara d’Haïti (RAMSA). Selon Jocelyne Jean Louis les « Madan Sara » connaissent depuis plus d’un an des jours difficiles en raison du phénomène de l’insécurité. Cinq départements du grand Sud sont bloqués ainsi que le grand Nord. « Les commerçantes ne peuvent pas écouler leurs produits et la plupart d’entre nous utilisent des prêts bancaires pour acheter ces marchandises », déplore madame Jean Louis.

Haïti-Insécurité: Viol, kidnapping marchandises détournées, le quotidien des "Madan Sara" en Haïti

 

 

En dépit de la flambée du phénomène de l’insécurité et le kidnapping certaines commerçantes sont obligées de risquer leur vie. Elles ont emprunté des voies dangereuses en vue de trouver de quoi donner à leurs familles. Elles sont pour la plupart violées, kidnappées et dépouillées de leurs marchandises, poursuit la présidente du RAMSA.

 

Jocelyne Jean Louis appelle les civils armés qui font et imposent leurs lois dans la troisième circonscription de Port-au-Prince et la commune de Croix-des-Bouquets à prendre conscience. Elle critique l’inaction des autorités étatiques face aux civils armés qui tuent, violent et kidnappent les commerçantes.

 

Suivez-nous sur

Facebook