INSÉCURITÉ

Haïti/Insécurité: des familles forcées de fuir leurs domiciles en raison de la terreur des bandits armés à Petite Rivière de l’Artibonite

Environ 29821 familles ont fuit leurs domiciles par crainte d’être victimes de la terreur instaurée par les bandits armés de la base GRAN GRIF et Nan Palmis, révèle un rapport partiel présenté par le Groupement des Jeunes Visionnaires pour le Développement, en date du 21 novembre 2022. C’est le président de cette organisation à caractère social, John Reekedson Joseph qui a fourni les détails relatifs à l’enquête menée auprès des familles déplacées.

De ces familles déplacées on a recensé 13522 enfants, 9204 femmes dont 47 sont enceintes et 7048 hommes. La majorité d’entre elles se trouve à Labadi, troisième section communale de Petite Rivière de l’Artibonite qui accueille 11938 personnes soit 40% , suivi de la commune de Saint Marc avec 5666 personnes soit 19%, Verettes 4771 soit 16%, Liancourt avec 4473 personnes soit 15%, Marchand Dessalines 1789 personnes soit 6% et Gracette 1194 personnes soit 4%, a fait savoir Mr Joseph qui n’ a pas caché sa colère face aux actions des hommes armés.

Haïti/Insécurité: des familles forcées de fuir leurs domiciles en raison de la terreur des bandits armés à Petite Rivière de l'Artibonite

Face à l’impuissance des autorités judiciaires et policières, les bandits armés ont assassiné plusieurs dizaines de gens, violé des jeunes filles, volé plus de 300 têtes de bétail, incendié environ 97 maisons et emporté plus de 700 panneaux solaires pour ne citer que ceux là, selon l’explication du président de GROUPEJEVIDEV, John Reekedson Joseph.

Ces hors-la-loi ont fortement perturbé le fonctionnement des bureaux publics de la commune qui sont obligés de fermer leurs portes, à l’exception de l’Hôpital Charles Colimon qui fonctionne au ralenti.

Une partie de la population pour résister aux assauts des bandits armés, a barricadé la majorité des rues de la Crête-à-Pierrot avec des pierres et des carcasses de véhicules, selon le rapport d’enquête.

Le président de cette organisation prévient que la situation pourrait être catastrophique sur le plan alimentaire dans les jours qui viennent, si rien n’est fait par les autorités pour remédier à cette situation puisque les paysans sont forcés d’abandonner leurs plantations.

Soulignons que plusieurs manifestations de rues ont été réalisées dans la commune pour réclamer une intervention policière dans un bref délai, en vue de déguerpir ces groupes armés qui opèrent dans cette zone depuis 2016.

 

 

Nixon Deneus

Suivez-nous sur

Facebook