POLITIQUE

Haïti/Crise: vers un accord national pour résoudre la crise, le « Regroupement des Non-alignés » lance un appel solennel à tous les secteurs 

Composé d’environ une trentaine de structures, le « Regroupement des Structures Politiques Non-alignés pour un Consensus National » dit rejoindre la lutte, en invitant les compatriotes de différentes appartenances à faire un dépassement, en vue d’un accord global.

L’engagement des différentes entités représentées au Regroupement a été présenté à la presse ce mercredi 9 novembre 2022 à travers un document. « Il ne s’agit pas d’un accord en plus, mais une  démarche visant à ramener tous les secteurs, signataires d’accord ou non signataires, en vue d’un vrai accord national », laisse entendre Pascal Adrien, responsable politique au Mouvement National pour la Transparence et membre du Regroupement des Non-alignés, qui a procédé à la lecture de ce document.

Aucun groupe ne peut prétendre être en mesure de résoudre à lui seul la crise actuelle du pays. Seul un accord national peut sortir le pays de la crise et celui-ci doit être trouvé dans un bref délai. Tous les secteurs de la vie nationale en ont besoin, croient savoir les membres de cette structure.

Ils croient qu’un accord global peut sortir le pays de l’instabilité politique et du sous-développement socioéconomique. Le « Regroupement des Non-alignés  » dit oeuvrer en vue d’un accord national susceptible de rétablir un climat sécuritaire dans le pays, ouvrir la voie à la réalisation des élections et attaquer les problèmes sociaux et économiques auxquels le pays est confronté.

La transition politique doit être réussie mais pour ce faire, Haïti a besoin que ses fils réfléchissent sur un plan de stabilité politique et de développement social et économique, qui va au delà de la période de quelques mois de transition et même 5 années d’un mandat présidentiel, de l’avis du Regroupement des Non-alignés. Cette structure annonce que ces revendications seront sur la table des discussions pour éviter au pays de connaître de nouvelles crises.

Le Regroupement dit avoir déjà entamé des pourparlers avec des entités telles des personnalités de l’équipe gouvernementale, de l’opposition, du secteur privé et des quartiers populaires. Il entend poursuivre cette démarche, en vue de porter les différents acteurs à mettre de côté les divergences découlant des accords partiels, au profit d’un accord national approuvé par la société.

Suivez-nous sur

Facebook