ACTUALITES

Haïti-corruption:Publication de la liste des 10 institutions haïtiennes les plus corrompues pour l’année 2021 par l’OCNH

A l’occasion de la journée internationale de la lutte contre la corruption, commémorée cette année autour du thème « Votre droit, votre défi : dites non à la corruption », l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti, OCNH se dit consternée par le phénomène de corruption qui gangrène l’administration publique.

Dans un communiqué titré « Un effort dans la lutte contre la corruption,
une urgence pour les institutions Championnes en Haïti « , l’organisme de défense des droits humains, oeuvrant dans la lutte contre l’impunité , la corruption et pour la transparence dans la gestion des finances publiques en Haïti identifie 10 des Institutions Haïtiennes les plus corrompues pour l’année 2021.

Il s’agit de la Direction Générale des Douanes, la Direction Générale des Impôts ( DGI), l’Office d’Assurance Véhicules Contre Tiers(OAVCT), l’Office Nationale d’Assurance-vieillesse (ONA), les Archives Nationales d’Haïti, le Programme National de Cantine Scolaire ( PNCS), l’Institut National de Formation Professionnelle (INFP), l’ADP de la Police Nationale (PNH), le Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement( BMPAD) et la Direction de l’Immigration et de l’Émigration.

L’organisation rappelle que dans l’indice de corruption de Transparency International, Haïti occupe la 170ème place sur 180 pays, avec un score très limité de 18 sur 100 selon l’indice de perception de la corruption 2020 de Transparency International. Les sondages locaux confirment que l’opinion Haïtienne considère le problème comme endémique, regrette l’OCNH.

Cette structure exhorte l’État Haïtien à assurer la capacité des institutions en charge de l’anti-corruption . L’organisation suggère par ailleurs aux Etats signataires de la convention des Nations Unies contre la Corruption de faire preuve de responsables et d’amplifier le thème retenu pour l’année 2021 « Votre droit, votre défi : dites non à la corruption » en vue de contribuer dans la perspective d’une efficacité sur les droits et les devoirs de chacun, y compris les États, les responsables gouvernementaux, les fonctionnaires, les forces de l’ordre, les médias, le secteur privé, la société civile, les universités, le public et les jeunes dans la lutte contre la corruption.

Suivez-nous sur

Facebook