Education

Fermeture des classes : le gouvernement  et d’autres acteurs s’en foutent 

Près de trois semaines après la réouverture des classes, les portes des établissements scolaires sont encore fermées. Et, aucune date n’est encore retenue pour la reprise de ces activités. Une situation qui préoccupe la Confédération Nationale des Éducatrices et Éducateurs d’Haïti (CNEH). La secrétaire générale de cette structure, Rose Thérèse Magalie Georges dénonce le silence de la société face à la fermeture des établissements scolaires depuis près de deux mois.

 » Aujourd’hui tout le monde s’en fou des élèves. Ce silence prouve que nous sommes en face d’une  société en décomposition dans sa globalité », estime la syndicaliste. Selon elle, la fermeture des classes entraine des conséquences non seulement sur le secteur éducatif mais également sur plusieurs autres sphères d’activités. Elle en veut pour preuve le fait que plus de 150 mille professeurs et personnels de l’éducation sont actuellement au chômage ainsi que des petits marchands.

 

Selon madame Georges, la fermeture prolongée des classes aura des conséquences considérables sur les performances internes et externes des élèves.La syndicaliste se montre très critique vis à vis du gouvernement qui dit-elle, ne prend aucune mesure pour assurer la sécurité de la population et faciliter aux élèves de reprendre le chemin de l’école. Elle appelle au respect du droit à l’éducation des élèves

Suivez-nous sur

Facebook