INSÉCURITÉ

Explosion des prix des produits alimentaires et l’insécurité : Défenseurs plus dénonce l’inaction des autorités

Le Collectif Défenseurs Plus, Organisme de promotion et de défense des droits humains, dénonce la passivité des autorités gouvernementales face à la montée des prix des produits de première nécessité et la rareté du carburant dans le pays.Dans un communiqué daté du mercredi 10 août 2022 , Défenseurs Plus fait remarquer que le pays est plongé dans une crise structurelle profonde qui aggrave les conditions socio-économiques des masses populaires, occasionnant une insécurité alimentaire aigue affectant près de 4 millions 5 cent mille haïtiennes et haïtiens. Ces chiffres ont été publiés par la Coordination Nationale pour la Sécurité Alimentaire (CNSA) au début de l’année 2022.

 » L’inflation galopante dépasse les 29% selon les derniers chiffres publiés par l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI) en 2022. Cette réalité a pour conséquence une envolée des prix des produits de premières nécessités, et rend encore plus vulnérable la situation difficile de la population haïtienne.
Selon l’IHSI, pour les mois de juin et de juillet 2022, les produits alimentaires représentant plus de 50% du budget des familles haïtiennes, ont augmenté de plus de 2,2% au rythme annuel de 30,7% » , souligne l’organisme de défense des droits humains .

Les produits locaux ont connu une hausse de 21,8% en juin 2022 par rapport à juin 2021 tandis que les produits importés ont accusé une variation positive de plus de 40%. Aussi, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) dans son dernier rapport a fait savoir que la flambée des prix des produits de premières nécessités due à l’insécurité pourrait occasionner des cas de malnutrition aigüe dans le pays surtout chez les enfants dans les zones dirigées par les gangs armés, si les autorités concernées ne font rien pour améliorer la situation », poursuit Défenseurs plus.

Il exhorte les autorités gouvernementales à respecter l’article 22 de la Constitution haïtienne qui stipule : « L’Etat reconnaît le droit de tout citoyen à un logement décent, à l’éducation, à l’alimentation et à la sécurité sociale ». Le droit à l’alimentation est l’un des droits fondamentaux de la personne humaine garantit par l’article 11 du Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, ratifié par l’État haïtien en 2012.
De ce fait, chaque haïtien et haïtienne doit pouvoir jouir des droits économiques, sociaux et culturels en vue d’assurer son bien-être, estime le Collectif Défenseurs plus .

Il demande aux autorités concernées de prendre des mesures adéquates afin de stopper cette crise alimentaire, qui occasionne déjà l’accentuation d’autres phénomènes sociaux préjudiciables au pays ce qui, selon lui peut résoudre le problème de l’insécurité et les violences aveugles dans le pays qui affectent les conditions de vie de la population.

 

Suivez-nous sur

Facebook