ACTUALITES

Des citoyens de la capitale sont très remontés contre l’augmentation des frais de transport

Les nerfs sont à fleur de peau entre chauffeurs et passagers autour de l'augmentation des frais de transport

Les nerfs sont à fleur de peau entre chauffeurs et passagers autour de l’augmentation des frais de transport. Les protestataires invitent les autorités à se prononcer sur ce dossier pour éviter le pire .

Des bagarre entre chauffeurs du transport en commun et passagers se poursuivent dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Les citoyens protestent contre la hausse des prix des frais de transports. « Il s’agit d’un vol purement organisé , l’État haïtien nous prend pour des imbéciles. Je n’ arrive pas à comprendre comment se fait-il que les autorités décident d’augmenter les prix des produits pétroliers sans avoir pensé à fixer les prix des différents circuits « martèle Junior Jonassaint. Ce passager estime que la population est la principale responsable puisqu’elle accepte aveuglément cette décision suicidaire.

Des citoyens de la capitale sont très remontés contre l'augmentation des frais de transport

Pour sa part, Emmanuel Désinor se dit conscient d’être complice, il estime toutefois que sa complicité à une limite. « Si cette situation perdure je vais être le fer de lance d’une prochaine mobilisation. « Franchement je n’en peux plus » déclare ce passager.

Avant j’avais besoin de 100 gourdes pour me rendre au boulot, aujourd’hui il me faut plus de deux cent Gourdes » explique, Thomas, un agent de sécurité. Il présage des jours sombres sur sa situation économique . Je gagne 15 mille gourdes le mois, j’ai des enfants, je dois payer le loyer sans oublier les prix des produits de première nécessité  qui se multiplient, enchaîne l’agent de sécurité .

Ce dossier ne laisse pas indifférents les chauffeurs du transport en commun. Kendy Joseph assure le trajet Frère/ Pétion-ville, il juge légitime les revendications des protestataires. Ce chauffeur fait remarquer toutefois que les conducteurs n’ ont pas d’autres choix .On utilise beaucoup plus d’argent pour s’approvisionner en essence le prix ne pouvait pas rester stable souligne t-il. Kendy croit qu’il revient à l’État de fixer les prix des différents circuits.Il reproche les syndicats de chauffeurs de transport de n’avoir rien fait pour contraindre les autorités à rendre effective la carte pétrolière annoncée depuis environ trois semaines .

L’un des syndicalistes informe que des dispositions sont en cours en vue de rendre opérationnelle la carte pétrolière . Duclos Benissoit estime fondées les revendications de la population face à la hausse des prix du carburant .

Contacté à ce sujet aucune des autorités concernées n’est joignable au téléphone en vue de fournir des explications sur les revendications de la population .

Suivez-nous sur

Facebook