INSÉCURITÉ

Décès d’une femme enceinte à cause des gangs armés qui s’affrontaient à Martissant

Des pleurs,des larmes, toute une maison plongée dans la tristesse. David Auguste habite à Carrefour, il refuse de croire que sa femme n’est plus. Marjorie ne se portait pas bien. Elle a été vite transportée à l’hôpital. Sa joie était de courte durée. Les propos du médecin sucitaient de l’inquiétude : Accident Vasculaire Cérébral.

L’époux de Marjorie a tout de suite entamé des démarches pour pouvoir amener sa femme dans un autre hôpital. Il était prêt à dépenser la dernière gourde qu’il possède pour que Marjorie ait la vie sauve. Hélas, aucune personne même les chauffeurs du Centre Ambulancier National n’ont pas voulu s’aventurer sur la route de Martissant ce mercredi 3 Novembre en raison de l’affrontement des gangs armés. Ces derniers se sont montrés impitoyables à l’égard des personnes qui ont emprunté cette route.

A mesure que les heures passaient, aucun espoir de trouver une voiture. Pendant que les fortes détonations d’armes lourdes résonnaient à Martissant. Chaque minute comptait. Finalement, le pire est arrivé. David regardait sa femme rendre son dernier soupir. Le jeune théologien impuissant face à la mort. Marjorie est morte sans dire un dernier mot à son mari. Conséquences de cette guerre qui perdure à l’entrée sud de la capitale,s’insurge le théologien.

Lui seul était prêt à braver le danger. Sa femme portait un bébé. David a tout perdu. Depuis ce mercredi, il est plongé dans une grande tristesse et est incapable de contenir ses larmes.

Nombreux sont ceux qui sont victimes en essayant de traverser la route de Martissant, considérée comme la vallée de l’ombre de la mort. Des familles ont fui la zone pour échapper à la mort. Des gens sont tués, violés, kidnappés et dépouillés au mépris de l’équipe au pouvoir. Même pour aller sauver des vies, les prestataires de soins risquent de laisser leur peau. La population livrée à elle même, abandonnée à son sort, ne sait quoi faire. Piétons ou conducteurs, les personnes qui empruntent la route de Martissant sont à la merci des bandits armés.

JPL

Suivez-nous sur

Facebook