Justice

Décès de 9 détenus à la prison civile des Cayes, des organisations de défense des droits humains en colère

Plusieurs organisations de défense des droits humains dont l’Organisation Citoyenne pour une Nouvelle Haïti (OCNH) et le Collectif des Avocats pour la Défense des Droits de l’Homme (CADDHO) sont très remontées en raison du décès de 9 détenus à la prison civile des Cayes.  » Ces prisonniers sont morts parce qu’ils vivaient dans des conditions infrahumaines, ce qui constitue une violation flagrante des droits humains  » , déclare le coordonnateur national de l’OCNH. Maitre Camille Occius dénonce la passivité des autorités face aux cris d’alarme de l’organisation qu’il dirige.  » Ces neuf détenus seraient encore en vie si les autorités ont pris en considération nos revendications » estime maître Camille Occius. Il invite les dirigeants à prendre des dispositions en vue d’éviter d’autres décès à la prison civile des Cayes et dans d’autres centres carcéraux du pays.

La mauvaise condition de vie des détenus à la prison civile des Cayes n’est pas différente de celle du pénitencier national ainsi que d’autres centres carcéraux à travers le pays, fait remarquer maître Arnel Rémy, porte-parole du CADDHO. Il prévoit des jours beaucoup plus sombres si rien n’est fait par les autorités pour remédier à cette situation. La prise en otage du palais de justice par des bandits armés est susceptible d’aggraver la situation, prévient l’homme de loi .

Décès de 9 détenus à la prison civile des Cayes, des organisations de défense des droits humains en colère

La prison doit être un lieu de correction non un espace pour fouler aux pieds le droit des citoyens, rappellent les militants des droits humains. Ils appellent les autorités à voler au secours des prisonniers.

Suivez-nous sur

Facebook